Le projet démarre en 1991, à Sokodé.

Laurence Frésard, alors volontaire de l'ONG " Frères Sans Frontières " (aujourd'hui " E-Changer ") lance, avec Roger Tchédré, partenaire local dans l’éducation sanitaire des écoles, un programme de construction de latrines.




Au Togo, plus d’une famille sur deux n’a pas de WC . Conséquences: pollution de l’eau et développement de nombreuses maladies parasitaires et diarrhéiques. Les jeunes enfants et les personnes âgées sont  particulièrement touchés.

Le projet démarre dans le quartier de Kouloundé, à Sokodé. Aujourd’hui, il est étendu à toute la ville grâce à l’ONG locale N’Kotchoyem ( Ne reste pas les bras croisés ), dont Roger Tchédré, l’ami de confiance, en est le responsable. Avec son équipe, il construit, dès 1991, des latrines familiales à fosse septique et chasse d’eau manuelle.
A son retour en Suisse, Laurence Frésard, ne supportant pas l’idée de rester les bras croisés, continue de soutenir les activités de N’Kotchoyem.

Dès l’an 2000, l’objectif est de construire, au minimum, 20 latrines par an . Dès lors, la recherche de fonds, se fait plus intense. En 2002, 40 latrines ont été construites et 30 en 2003. En 2005, l’association « Latrine Togo » est fondée.

A ce jour, ce sont 300 latrines qui ont vu le jour .